Les bases du spiritisme 1 – Un sens à l’existence

Photo de Jens Johnsson sur Pexels.com

Instinctivement, notre raison se révolte à l’idée que tout prend fin au moment de la mort; que tout ce qu’on a été disparaît dans le néant, et que tout ce qu’on a pu accomplir n’a plus aucune importance. En effet, si tel est le cas, à quoi bon vivre?

La conclusion logique est qu’il existe forcément un sens à l’existence, aussi courte soit-elle.

Le spiritisme nous apprend que la vie est en fait un outil d’apprentissage et d’amélioration. Il nous révèle que chaque être humain est à la base un Esprit, qui s’est associé à un corps matériel pour parfaire son éducation en vivant dans un monde qui lui impose des contraintes et lui procure des possibilités dont il ne peut profiter dans le monde spirituel.

Par conséquent, pour un Esprit, la vie sur Terre est temporaire. C’est un peu comme s’il venait y suivre une formation, et qu’ensuite, il rentrait chez lui, avec un bagage plus ou moins profitable pour son avenir. L’Esprit recommencera cette étape de son évolution aussi souvent que nécessaire pour atteindre le point où il aura acquis tout ce dont il a besoin pour poursuivre son évolution ailleurs.

Ainsi, tout être humain a déjà vécu sur Terre des centaines de fois, pour des périodes plus ou moins longues, avec des intervalles de durée variable entre chaque incarnation, et forcément, dans des corps différents à chaque fois. Évidemment, le parcours de chacun a été différent au fil de ces existences, selon l’époque, le milieu et les penchants naturels. Cela explique l’extrême diversité de la race humaine. Personne n’est rendu au même point dans son parcours, et chacun suivra son propre chemin pour atteindre le but, qui lui, est le même pour tous.

Donc, en quelque sorte, nous sommes tous des étudiants sur un gigantesque campus, libres de progresser à leur rythme pour compléter le programme. Certains s’efforcent de terminer le plus rapidement possible, car ils ont compris le bonheur qui les attend ensuite, d’autres préfèrent se la couler douce et remettent à plus tard les efforts. Beaucoup ne comprennent même pas qu’ils sont aux études, et l’on trouve même des diplômés revenus éclairer les autres et les guider vers la sortie.

En comprenant l’origine de cette diversité, on peut reconnaître, en chacun, un frère de lutte, quel que soit son stade d’avancement, et comprendre ses égarements, voire les pardonner, même si cela peut s’avérer extrêmement difficile, car il y a fort à parier que chacun de nous s’est déjà retrouvé dans une situation similaire ou encore pire au fil de son cheminement. Une telle façon de voir mène naturellement à plus d’ouverture, d’empathie et d’entraide.

Bref, vous, moi, et tous ceux qui nous entourent sur cette planète, sommes ici pour nous améliorer, pour racheter nos erreurs passées (incluant celles de nos vies précédentes), et marcher vers un avenir meilleur. Plus nous progresserons dans cette vie-ci, mieux nous comprendrons ce que nous sommes et ce que nous devons faire, et plus facile sera notre prochaine incarnation.

Un bon point de départ pour bien comprendre le pourquoi de notre passage sur Terre consiste à prendre connaissance des enseignements que nous transmet le spiritisme, notamment dans Le Livre des Esprits, d’Allan Kardec. Si cette lecture vous semble trop ardue, je vous recommande le livre Spiritisme 101, de Brian Foster, disponible gratuitement en version française, qui résume l’essentiel de la doctrine dans un langage très clair et accessible.

Je reviendrai sur plusieurs de ces notions dans cette série de blogs sur les bases du spiritisme. Vous en verrez ainsi toutes les conséquences et les ramifications.

4 réflexions sur “Les bases du spiritisme 1 – Un sens à l’existence

  1. zanshin63 15 novembre 2020 / 18 h 49 min

    merci Stéphane de partager ton intérêt pour le spiritisme. je vais continuer de te lire avec curiosité.

    J'aime

    • stefieblue 15 novembre 2020 / 19 h 26 min

      Bonjour! Merci pour votre commentaire. J’espère que cette curiosité se transformera en intérêt. 😊 Les articles paraissent les mardi et samedi. N’hésitez pas à les partager. À bientôt!

      J'aime

  2. zanshin63 24 décembre 2020 / 21 h 19 min

    Je peux envisager que l’esprit de l’espèce humaine puisse se séparer du véhicule que représente le corps et se développer comme entité immatérielle. Je n’adhère pas au concept de dieu/dieux. , toute référence a un dieu mapparait utile comme béquille

    J'aime

    • stefieblue 25 décembre 2020 / 8 h 13 min

      La croyance en une entité divine suprême n’est pas essentielle au développement personnel. On peut très bien travailler avec ce qui nous entoure concrètement dans le moment présent sans se soucier de l’origine de ce concret. Le but importe bien davantage que la cause. Pour certains, croire en Dieu apporte réconfort et motivation, mais pour d’autres, le concept de Dieu soulève au mieux doutes et interrogations. Croire en Dieu, c’est vraiment une question de foi. Cette foi peut être intuitive. Elle peut aussi découler d’une expérience transcendante ou, comne dans mon cas, elle peut être raisonnée. Dans ce dernier cas, elle s’installe petit à petit à force d’observation et d’étude. D’une façon comme de l’autre, la foi n’est pas essentielle au progrès ni au salut. À notre stade, le plus important est de comprendre ce que nous sommes, pourquoi nous sommes sur Terre et d’agir en conséquence.

      J'aime

Répondre à zanshin63 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s