Quand on crache en l’air…

Photo de Andrea Piacquadio sur Pexels.com

Ça nous retombe sur le nez! Voilà une « belle » illustration de la loi du karma. J’ai mentionné dans le billet précédent que tôt ou tard, nous devrons assumer les conséquences de nos actes et de nos pensées ou en bénéficier, selon qu’elles auront été bonnes ou mauvaises, c’est-à-dire qu’elles auront contribué au mieux-être d’autrui ou non.

C’est la raison pour laquelle nos vies sont ponctuées d’épreuves, lesquelles sont en fait les conséquences de nos actes et pensées précédentes, souvent posées dans une existence antérieure. C’est là un des fondements de la justice divine : chacun reçoit selon ses œuvres et s’avère ainsi l’artisan de son propre bonheur ou malheur.

Étant des esprits très imparfaits, nous commettons beaucoup de fautes et enfreignons les lois divines d’amour et de charité. En conséquence, nous en avons beaucoup à racheter, souvent même trop pour le faire en une seule incarnation, ce qui explique que nos vies soient si difficiles. En résumé, nous avons la vie que nous méritons.

Or, cette vie de misère, comme on la décrit souvent, témoigne d’un autre aspect de la justice divine et du pardon indéfectible de Dieu. Ces épreuves sont en réalité notre planche de salut, l’outil qui nous permettra d’effacer un passé mouvementé et de purifier notre âme pour ensuite mieux progresser vers la perfection souhaitée. Ainsi, loin de nous condamner pour l’éternité, Dieu nous offre la possibilité de nous racheter en nous incarnant autant de fois qu’il sera nécessaire pour venir à bout de régler toutes nos dettes. Toutes! Et ce principe s’applique à chaque esprit. Même ceux ayant commis ou fait commettre les pires atrocités ont la possibilité et l’obligation de se réincarner pour racheter leurs crimes. Ceux-ci subiront sans doute des épreuves plus difficiles et plus longues, mais ils finiront éventuellement par effacer leur lourd passé et par aller de l’avant.

Il résulte de tout ceci qu’en tant qu’esprits incarnés venus sur Terre pour redresser nos torts, nous devons nous résigner devant les difficultés et accepter le sort qui nous incombe, puisque nous en sommes la seule cause. La révolte ou le découragement devant l’adversité ne feront qu’empirer les choses et prolonger les souffrances et les amertumes. Le spiritisme se présente donc comme le grand consolateur, puisqu’il nous aide à comprendre l’origine de nos difficultés et leur utilité pour notre amélioration.

Il faut se rappeler que chaque épreuve surmontée constitue un apprentissage pour l’esprit, un acquis que celui-ci conservera pour le reste de son existence éternelle. Une épreuve surmontée l’est à jamais, et l’esprit n’y sera plus confrontée, car il aura en quelque sorte, passé le test. Il aura progressé.

De fil en aiguille, d’une existence à l’autre, la vie sera de plus en plus facile et agréable, car les épreuves seront de moins en moins nombreuses et ardues.

La bonne nouvelle dans tout cela, c’est que l’on peut dès maintenant décider, de notre propre chef d’adoucir notre existence actuelle et nos incarnations futures en choisissant de délaisser nos penchants néfastes au profits de tendances positives et altruistes. En agissant ainsi, non seulement accumule-t-on moins de dettes à rembourser (spirituellement parlant), mais on se constitue un fonds de mérites qui nous reviendrons également sous forme de bienfaits et de bénédictions dans nos existences futures. Ces mérites peuvent aussi permettre d’atténuer certaines peines ultérieures. Ainsi, l’être humain a tout à gagner à réformer son comportement et à faire preuve de bonté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s