C’était quoi le plan, déjà?

Photo de Nathan Cowley sur Pexels.com

À quoi bon faire un plan si on ne s’en rappelle pas quand vient le temps de le mettre en œuvre? Voilà une question tout à fait légitime. Sauf que ce raisonnement découle d’un point de vue humain, avec toutes les limitations que cela implique.

Il faut se rappeler que le plan consiste principalement à déterminer dans quel milieu l’esprit se réincarnera (parents, famille, niveau de vie, religion, etc.) et quelles occasions et épreuves il rencontrera au fil de son parcours. Tous ces éléments ont pour but de lui offrir les meilleures chances de progression et de rachat. De plus, nos accompagnateurs spirituels mettront tout en œuvre pour que les événements requis se produisent.

Par conséquent, il n’est pas nécessaire que nous nous rappelions le plan tracé. Le monde spirituel se chargera de sa concrétisation d’une façon ou de l’autre.

Ce qui importe, cependant, c’est de comprendre que ce plan existe, que nous y avons contribué (dans la plupart des cas) et qu’il détermine les faits marquants de notre existence. Quand on prend conscience de ce fait, nous changeons d’attitude à l’égard des obstacles qui parsèment notre route dans cette existence, puisque nous savons qu’elles visent notre amélioration et le rachat de nos fautes.

Cette perception de notre propre vie peut aussi s’étendre à celle des autres. Quand on sait que chaque personne que nous côtoyons est dans la même situation et est en processus de rachat et d’apprentissage, tout comme nous, on peut interpréter différemment leurs comportements, en saisir l’origine et le pardonner, même s’il nous affecte. En effet, chacune des personnes que nous croisons dans une journée (tant nos proches que nos collègues et les étrangers), est elle aussi un esprit incarné sur Terre, qui traîne son lot d’épreuves et de travers à corriger. Toutes méritent donc notre compassion, notre compréhension, notre acceptation et notre pardon, surtout celles qui nous enragent!

En fait, nous devrions remercier ces dernières, puisqu’elles mettent en lumière certains de nos travers à corriger et nous guident ainsi vers l’objectif.

Même si on ignore les détails du plan, quand on comprend le but de l’incarnation, on peut aborder la vie plus sereinement, même dans les moments les plus difficiles. Cette sérénité s’avère même bénéfique et essentielle, car elle entraîne un état d’esprit positif et constructif, qui évite d’amplifier les perceptions négatives, atténue les réactions qui pourraient être excessives et facilite la recherche de solutions ou l’acceptation de l’inévitable.

Chaque être humain doit donc accepter avec résignation la vie qu’il s’est méritée des suites de ses incarnations précédentes et s’efforcer de s’améliorer pour corriger le tir en vue des prochaines.

Personne n’échappe à la loi du karma, et celle-ci est intégralement juste et équitable. C’est l’application même de la justice divine. Heureusement, contrairement à la justice humaine, la justice divine ne condamne pas à perpétuité. Bien au contraire, Dieu est prêt à nous pardonner toutes nos fautes pour autant que nous les reconnaissons et que nous nous rachetons. Dieu sait que nous sommes des êtres en évolution qui cheminent vers la perfection. Il va sans dire que nous commettrons bien des erreurs en cours de route. Alors, il nous accorde autant d’occasions qu’il faudra pour y parvenir, peu importe l’ampleur de l’évolution accomplie dans chacune. N’est-ce pas merveilleux? Tout un exemple à suivre!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s