La filière brésilienne; un exemple à suivre

Photo de Rafael Cerqueira sur Pexels.com

La chaîne Netflix présente une nouvelle série documentaire sur la survivance de l’âme après la mort. L’approche consiste à présenter des faits appuyant la thèse de la survivance (manifestations physiques, communications, médiumnité, apparitions, etc.). Rien de bien étonnant pour un spirite, mais le traitement du sujet est tout de même intéressant. En fait, le contenu m’a semblé bien adapté pour des gens qui se questionnent encore.

La plus grande lacune, c’est que le documentaire ne fait absolument aucun cas de la doctrine spirite, laquelle explique si bien le tout. Par ailleurs, il ne fait aucune mention de son application au Brésil, où le spiritisme a trouvé un terreau si fertile à son expansion.

Le spiritisme, apparu en France en 1857, grâce aux ouvrages d’Allan Kardec (toujours la référence première), s’est transporté au Brésil vers la fin du XIXe siècle. Il y a cependant pris une tournure bien différente. En Europe, on l’a abordé d’un point de vue scientifique et on l’a adopté de manière plutôt individualiste, comme un réconfort, une manière de s’améliorer et d’améliorer son sort après la mort. Par contre, au Brésil, on a tout de suite saisi l’importance de la pratique de la charité, que véhicule la doctrine, et le spiritisme est devenue une motivation pour soutenir les plus démunis.

Les spirites brésiliens sérieux ont rapidement instauré des dispensaires, des orphelinats, des soupes populaires, des écoles et autres œuvres de bienfaisance en fonction des besoins locaux. Ce service pour le mieux-être d’autrui, auquel fait constamment référence André Luiz (et bien d’autres esprits), est l’élément crucial à retenir de l’expérience brésilienne.

Évidemment, ce service ne peut pas nécessairement prendre la même forme partout. Cependant, la misère humaine règne sur toute la Terre et revêt d’innombrables habits. On la trouve tout autant chez les bien nantis que parmi les plus démunis. La détresse peut être matérielle, mais elle peut tout aussi bien s’avérer spirituelle ou émotive. Il n’y a qu’à regarder pour la trouver. Chaque geste charitable compte, pour l’autre et pour soi.

L’autre aspect notable du spiritisme, au Brésil, réside dans la nature des communications obtenues par les médiums. En raison de leurs sentiments et de leurs actions charitables, certains médiums brésiliens (notamment Chico Xavier et Divaldo Franco) ont obtenu des communications d’esprits de haut niveau qui ont grandement enrichi les connaissances et les enseignements que dispense la doctrine spirite. Ces messages, prenant souvent la forme de livres complets, voire de séries thématiques, ont abordé de nombreuses facettes dont la vie dans le monde spirituel, les mécanismes de la médiumnité, la psychologie humaine, les obsessions, les relations humaines, la sexualité, le développement personnel, et j’en passe beaucoup!

Ces ouvrages ne sont pas tous disponibles en français, mais on en trouve de plus en plus. Vous trouverez ma version des trois premiers tomes de la série d’André Luiz sur ce site, et d’autres sont aussi disponibles. Je vous encourage fortement à lire tous ceux que vous trouverez, car chacun regorge d’enseignements précieux. On n’en sait jamais trop sur ces sujets fondamentaux pour l’être humain. Vous constaterez de vous-mêmes comment ils peuvent vous transformer.

Sur ce, bonne lecture et n’hésitez pas à tendre la main à votre prochain d’une façon ou de l’autre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s