Les bases du spiritisme 2 – Monde matériel et monde spirituel

Le monde matériel est celui dans lequel nous vivons sur la Terre au cours de cette existence. Aussi concret et « solide » qu’il nous paraisse, cette impression n’est que le résultat des limites de nos sens.

Les physiciens ont déjà démontré que toute matière trouvée sur la planète est en fait un assemblage de particules, maintenues ensemble par une force énergétique, pour former un tout plus ou moins dense. Qui plus est, une analyse approfondie de ces infimes particules a révélé qu’il s’agit purement d’énergie en vibration.

Ces assemblages varient à l’infini. Les humains ont appris à en créer ou en reproduire certains, mais la plupart échappent encore à leur compréhension, voire à leur perception. Par exemple, de manière générale, l’oreille humaine peut capter des sons dont la fréquence se situe entre 20 Hz et 20 000 Hz. Toutefois, nous savons qu’il existe des sons supplémentaires aux deux extrêmes de cette gamme; ce que nous appelons les ultrasons. Il en va de même pour la vue. L’œil humain perçoit grosso modo les couleurs se situant entre le rouge et l’indigo, mais nous savons qu’il existe aux extrémités de ce spectre des infrarouges et des ultraviolets, et encore bien d’autres types de rayons que nous ne qualifierions pas de « couleurs ». On pourrait poursuivre avec le toucher, qui ne nous permet de percevoir que ce qui oppose suffisamment de résistance à notre corps, même si des éléments comme l’air et les gaz sont bien réels. Et ainsi de suite avec le goûter et l’odorat.

Bref, nous ne sommes conscients que d’une très petite partie du milieu dans lequel nous évoluons; le reste nous échappe, mais il existe bel et bien, dans un monde plus vaste qui englobe la totalité du nôtre. Ce monde est le monde spirituel.

Pour ceux qui y habitent, que nous appelons les Esprits, ce monde semble tout aussi matériel que la Terre l’est pour les humains. Il va sans dire que leurs sens sont adaptés à cet environnement, mais chaque esprit ne peut en percevoir que ce qui correspond à ses capacités sensorielles. Ainsi, les Esprits moins évolués ne peuvent pas voir les êtres plus évolués ni accéder aux lieux trop épurés pour leur degré d’évolution. Cette distinction fondée sur les capacités de chacun établit des séparations naturelles qui préservent la sérénité des régions plus évoluées. Il est à noter, cependant, que les esprits plus évolués ont la capacité d’accéder aux endroits moins développés et de s’y rendre perceptibles par les habitants correspondants.

Plusieurs messages spirituels rendent compte de ces distinctions dans le monde spirituel, notamment les impressionnants récits de l’esprit André Luiz dans sa série sur la vie dans le monde spirituel. Je vous recommande d’ailleurs fortement de lire les livres d’André Luiz si vous souhaitez découvrir à quoi ressemble réellement la vie dans le monde spirituel et comment se passe le quotidien des Esprits. Vous pouvez télécharger gratuitement ma traduction du premier tome de cette série, « Nosso Lar – Périple dans une colonie spirituelle ».

En résumé, le monde matériel et le monde spirituel ne sont pas deux mondes distincts, mais bien deux « degrés » différents d’un seul et même monde. Le monde spirituel est le seul qui existe. Il englobe tout ce qui est, incluant la Terre, mais nous ne pouvons percevoir de ce monde « global » que les parties qui cadrent dans l’étendue de nos perceptions, laquelle varie beaucoup d’un individu à l’autre et est particulièrement développée chez les médiums.

En résumé, le monde matériel et le monde spirituel ne sont pas deux mondes distincts, mais bien deux « degrés » différents d’un seul et même monde. Le monde spirituel est le seul qui existe. Il englobe tout ce qui est, incluant la Terre, mais nous ne pouvons percevoir de ce monde « global » que les parties qui cadrent dans l’étendue de nos perceptions, laquelle varie beaucoup d’un individu à l’autre et est particulièrement développée chez les médiums.

Cette imbrication des mondes explique pourquoi les Esprits ont la possibilité de côtoyer les humains en tous temps et même d’agir sur le monde matériel de multiples façons; un sujet sur lequel je reviendrai.