Une porte entrouverte sur notre passé

Photo de Harrison Haines sur Pexels.com

De façon générale, pendant notre incarnation, nous ne nous souvenons pas de nos existences précédentes ni des périodes passées dans le monde spirituel entre celles-ci. Ce passé caché a cependant laissé des traces dans notre conscience et se pointe le nez dans notre vie présente sous la forme d’intuitions. On peut aussi en déduire quelques grandes lignes de par les circonstances de notre incarnation, car celle-ci est la conséquence logique de nos vies précédentes, du chemin parcouru et de la route à faire.

Cet oubli a quelque chose d’agaçant.

Certaines personnes tentent donc de se remémorer leur passé au moyen de l’hypnose, en effectuant des régressions. Je n’en rejette pas la possibilité, mais je garde des réserves. Il est bien difficile de déterminer l’efficacité du processus et de confirmer la véracité des « souvenirs » ainsi obtenus. C’est que pendant l’hypnose, l’Esprit se retrouve dans une situation de semi-détachement semblable à celle qu’il connaît lorsque le corps est endormi. Bien qu’il demeure guidé par l’hypnotiseur et ses suggestions, il ne recouvre pas nécessairement l’intégralité de sa mémoire. En fait, bien des désincarnés ne recouvrent pas la mémoire instantanément après leur désincarnation. Par conséquent, à mon avis, ce que l’Esprit expérimente à ce moment se rapproche énormément d’un rêve éveillé, dans lequel peuvent se mélanger réalité et imagination, de sorte qu’il est difficile de faire la part des choses. À cet égard, je crois que davantage de recherches sont requises avant de tirer des conclusions définitives.

D’autres personnes racontent avoir passé en revue leur existence actuelle, et parfois même des existences passées, au cours d’une expérience de mort imminente. Là encore, notre science se heurte à l’impossibilité de confirmer la véracité de l’expérience, ce qui ne l’invalide pas pour autant. En fait, le niveau de détail relaté et la très forte impression laissée sur les personnes par cet « examen de conscience » donne à penser qu’elles ont réellement vécu une telle expérience pendant la période où leur esprit était détaché de leur corps.

Ces cas demeurent isolés, mais ils semblent viser un but bien précis et favoriser un changement de trajectoire chez la personne concernée.

Parfois aussi, lors de séances de communication, des messages révèlent à des gens présents quelques aspects de leur passé. Ceux-ci s’avèrent souvent génériques et soulignent des tendances de la personnalité à prendre en considération. Ces révélations ont un but didactique; elles visent à aider ces personnes à s’améliorer, pas à satisfaire leur curiosité ni à flatter leur orgueil. Méfiez-vous des flagorneurs du monde spirituel!

Car c’est bien là le danger de « découvrir » ses vies antérieures : l’impact de ce savoir sur notre personnalité. Comment réagiriez-vous si vous appreniez que vous avez été esclavagiste ou inquisiteur, voleur ou violeur? Seriez-vous fier ou honteux? N’oubliez pas que si nous sommes sur cette Terre, c’est parce que nous devons racheter un lourd passé. Et si vous aviez été Jeanne d’Arc ou Gandhi?

Cela ne flatterait-il pas un peu votre égo?

Cela ne vous trotterait-il pas dans la tête un sacré bon bout de temps?

Se pourrait-il que cela influence vos agissements dans l’avenir?

L’oubli du passé facilite notre lutte quotidienne, car il favorise l’humilité plutôt que l’orgueil, la sérénité plutôt que la honte et l’effort plutôt que le repos sur ses lauriers. Ce que vous avez besoin de savoir pour progresser est déjà à votre portée, et s’il vous faut plus, vos guides se chargeront de vous le fournir. Nous avons bien assez d’éléments sur lesquels travailler sans nous soucier de ce que nous avons pu être ou faire antérieurement.