La meilleure religion

Photo de Ivan Siarbolin sur Pexels.com

Le but premier de n’importe quelle religion digne de ce nom est d’amener l’être humain à comprendre sa nature réelle afin de l’inciter à devenir meilleur.

Chaque religion a sa propre perception de cette nature réelle, sa façon particulière de l’expliquer, ses principes quant aux comportements à adopter et son ensemble de croyances constituant la foi commune de ses adeptes. Toutes ont leurs bons côtés et leurs travers, car toutes sont le fruit de la pensée humaine et de ses limitations.

À travers les époques, toutes ont été louées et critiquées, toutes ont été utilisées et manipulées pour satisfaire des passions humaines de bas-étage, mais toutes ont aussi engendré des êtres hors du commun, se distinguant par leur bonté et leur sagesse. Des personnes qui en ont saisi l’essence et l’ont appliquée comme il se doit.

Toutes ont plus ou moins changé, au fil du temps, pour s’adapter à l’évolution des sociétés, mais toutes ont conservé leur base fondamentale, laquelle est relativement commune à toutes. C’est là que se trouve la partie « divine » des religions, ce qui les rattache à quelque chose de plus grand que l’être humain; cette parcelle de sagesse immuable, car émanant de la source originelle. Le reste est l’œuvre de l’être humain, dans toute son imperfection, malgré sa bonne volonté, mais ce cœur, lui, vient de plus haut.

On peut juger les religions, mais au fond, ce faisant, c’est l’être humain que l’on juge d’après son œuvre, ce qu’il a fait du cadeau divin. De la même façon, les humains seront jugés en fonction de ce qu’ils ont fait de la religion et du coup, des consignes de Dieu que les religions renferment, sous diverses formes. En effet, en raison du libre-arbitre accordé aux humains, chacun est libre d’analyser les religions et d’y puiser ce qu’il croit méritoire, mais il sera aussi responsable de ce qu’il en aura fait. S’il en a abusé et qu’il a fait du tort aux autres, il en paiera le prix; s’il en a usé avec bienveillance, il en retirera les bénéfices. Le problème n’est donc pas tant dans la religion même que dans l’usage qu’on en fait. Sachons en retirer ce qui ne peut venir que d’une source divine et laissons le reste de côté. Au lieu de condamner une religion ou une autre, analysons d’où vient le réel problème et tentons de le régler à la source.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s